• Du Jurassique on ne retrouve souvent que quelques éléments de la faune: si les plus célébres sont les animaux terrestres (je parle bien entendu des dinosaures, des ptérosaures...) les plus fréquent sont les animaux marins. Comme vous l'avez remarqué on trouve surtout des ammonites, des bélémnites et divers coquillages. D'une part ils étaient nombreux, mais les sédiments marins se sont égallement mieux conservés.

    Cependant, exceptionnellement, on peut retrouver des vestiges de la flore de cette période. C’est le cas en France, dans l’Ain (01), où ont été trouvées ces deux palmes de Zamites feneonis. Elles datent du Kimmeridgien, soit environ -155 / -150 Ma.

    Je vous laisse admirer et vous imaginer ce monde disparu…

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    (Pièces obtenues par échanges)

    votre commentaire
  •  
     
     
     
     
     
     
     
    Identification: Etoile de Mer, Astéria Lumbricalis
    Datation: Trias, Rhétien (-203 / -199 Ma)
    Origine: Beaune (21)
     
     
    Ces Astéries sont de petites étoiles de Mer qui ont la particularité d'avoir 5 bras totalement mobiles.
     
     
     
    (Pièce acquise par échange)

    5 commentaires
  •  

    Alain Bénéteau - Trias supérieur d'Europe

     

     

    Le Trias est un système géologique, subdivision de l'ère Mésozoïque comprise entre -251 ± 0,4 et -199,6 ± 0,6 millions d'années. Le Trias est précédé par le Permien et suivi par le Jurassique.


    Paléogéographie et évolution tectonique

    Depuis le Carbonifère supérieur et la fermeture sur sa partie ouest d'un vaste océan est-ouest appelé Paléotéthys, la majeure partie des terres émergées est regroupée en un seul supercontinent appelé Pangée. Ainsi au Trias inférieur, la disposition des continents ressemble à une sorte de « Pac-Man » avec la bouche ouverte vers l'est. La « mâchoire » supérieure est appelée Laurasia, la partie inférieure Gondwana, il est entouré d'un vaste océan appelé Panthalassa (toute la mer). La Paléotéthys (l'océan qui forme donc l'espace dans la bouche) continue de se refermer à l'est pendant tout le Trias. Sa fermeture par subduction en direction du nord crée une succession de petits océans (appelés bassins d'arrière-arc) dont on observe aujourd'hui les sédiments principalement en Europe de l'Est (bassins dit de Hallstatt, Meliata, Maliak et Küre). Au Permien, certaines terres se sont séparées de la marge nord du Gondwana et ont commencé à dériver vers le nord. Ce sont des parties de la Turquie, de l'Iran, de l'Afghanistan, du Tibet et de la Chine du Sud. Ce chapelet de grandes îles est appelé « continents cimmériens » ; ils vont entrer en collision avec la Laurasia au Trias supérieur engendrant l'orogénèse cimmérienne. Le Trias supérieur voit aussi se développer une importante province magmatique qui recouvre aujourd'hui le Maroc et la Nouvelle-Angleterre aux États-Unis. Ce volcanisme est précurseur de l'ouverture de l'Atlantique central qui va suivre.

    Si donc le Trias est remarquable pour son calme tectonique en Europe occidentale et notamment en France, son histoire à l'est de la frontière austro-suisse est plutôt agitée. C'est aussi dans les montagnes entre le Tyrol et la Chine du sud, qu'on trouvera les plus importants dépôts du Trias et où sa stratigraphie moderne a été définie.



    Climat

    Le Trias inférieur en Europe occidentale est marqué par d'importants dépôts de roches évaporitiques. Les principales mines de sel de Suisse (mines de Bex), d'Autriche (Hallstatt), d'Allemagne et de Lorraine proviennent de dépôts sédimentaires triassiques. De plus aucun sédiment glaciaire n'est connu au Trias. Ce sont donc des signes d'un climat chaud qui perdurera pendant toute la période. La taille importante du supercontinent Pangée devait modérer l'influence de l'océan sur son climat et il devait y avoir de grands déserts ainsi que d'importantes zones de climat continental.




    Évolution de la vie

    Le Trias débute par définition après la plus grande extinction d'espèces vivantes dans l'histoire de l'évolution de la vie sur Terre, celle de la limite Permien/Trias. Le Trias se termine par une autre des cinq plus grandes extinctions. Entre ces deux repères nets, le Trias inférieur est marqué par une lente et difficile rediversification des espèces après la catastrophe. Il est aussi probable que l'environnement encore instable ait provoqué plusieurs petites extinctions qui ont marqué des arrêts dans la rediversification. Le Trias moyen est une époque stable qui observe le retour de systèmes écologiques complets et complexes, notamment les récifs qui étaient absents du Trias inférieur. Le Trias supérieur est marqué par une succession de petites crises touchant à chaque fois différentes communautés (la faune benthique, la faune pélagiques, la flore terrestre, les dinosaures), crises entrecoupant des périodes de stabilité et qui vont amener à la grande crise de la limite Trias/Jurassique.

    Trois types d'organismes marquent donc le Trias : des survivants de la limite Permien/Trias (P/T), des groupes qui vont exploser mais qui auront une durée de vie limitée et des nouveaux groupes qui domineront tout le Mésozoïque.

    • Dans le détail :

    L'environnement marin est marqué par l'établissement au Trias moyen des types modernes de coraux après l'extinction des formes paléozoïques à la limite Permien/Trias. Un type d'algues calcaires (tubiphytes) va créer également d'importants récifs mais ce groupe s'éteindra presque totalement pendant le Trias supérieur. Les ammonites vont se rediversifier et redevenir abondantes à partir d'une seule lignée survivante de la limite P/T. Des bivalves pélagiques seront également localement très abondants. Les conodontes, important groupe pour la datation des roches, s'éteindront complètement à la limite Trias-Jurassique. Les poissons, qui ont subi peu de pertes à la limite P/T, montrent une grande stabilité. Les reptiles marins (notamment les ichthyosaures, plésiosaures, placodontes) vont se développer, devenir communs au Trias moyen et atteindre des tailles énormes au Trias supérieur. Le principal changement dans les océans sera l'apparition au Trias supérieur du plancton à coquilles calcaires et du nanoplancton. Cette apparition va modifier profondément tant l'écologie et la chaine alimentaire océanique que la chimie marine.

    Chez les végétaux terrestres, les survivants de la limite P/T que sont les lycophytes dominent encore au Trias inférieur avant de laisser leur place aux cycades, ginkgophyta (qui ne sont plus représentés actuellement que par Ginkgo biloba) et les glossoptérides. Puis les spermatophytes, ou plantes à graines vont dominer la flore et dans l'hémisphère nord les conifères vont se multiplier.

    Différents groupes d'amphibiens vont se succéder tout au long du Trias en se maintenant avec succès. Au Carnien, des cynodontes vont donner naissance aux premiers mammifères. Chez les reptiles, les Archosaures vont progressivement remplacer les reptiles synapsides qui ont dominé le Permien. Certains d'entre eux avec des espèces de petites tailles, évolueront en donnant entre autres naissance aux ptérosaures et aux dinosaures. Les Squamata apparaissent au Carnien, ils donneront naissance aux lepidosauria (serpents et aux lézards actuels) ainsi qu'aux Sphenodontia, groupe important à l'époque mais qui ne comptent plus aujourd'hui que deux espèces en danger d'extinction dans quelques îles de Nouvelle-Zélande. Les premiers Chéloniens (tortues) vont apparaitre au Norien.


    Source: Wikipédia


    votre commentaire
  •  
     
    Identification: Bois silicifié
    Datation: Permien (-299 / -251 Ma)
    Origine: Autun (71)
     
     
    (Pièce obtenue par échange)

    votre commentaire
  •  

    Le Permien du Maroc - par Alain Bénéteau

     

    Le Permien est un système géologique qui s'étend de 299,0 ± 0,8 à 251,0 ± 0,4 millions d'années. Il s'agit de la dernière période du Paléozoïque. Le Permien est précédé par le Carbonifère et lui-même précède le Mésozoïque et son premier système, le Trias. Le Permien a été nommé d'après la ville de Perm en Russie où se situe l'un des rares gisements de ce système. La fin du Permien est marquée par la plus grande des cinq extinctions de masse survenues sur la Terre. Il s'agit de la troisième qui a vu, selon les estimations des scientifiques, disparaître 75 % des espèces de la terre ferme et 96 % des espèces marines.

     

    Paléogéographie et climat

    La Terre au Permien.

     

     

    Le niveau moyen de la mer est resté assez bas durant le Permien. Toutes les masses de terre, à l'exception d'une portion de l'Asie du Sud-Est, se sont agglomérées en un seul supercontinent appelé Pangée, qui s'étendait de l'équateur aux pôles, entouré par un océan nommé Panthalassa (la « mer universelle »). Se développa également l'océan Téthys, un paléo-océan qui s'est ouvert progressivement à partir du Permien supérieur d'est en ouest à travers la Pangée.

    Ce grand continent créa des conditions climatiques impliquant de grandes variations de température au gré des saisons et de la journée. En son centre la température pouvait passer de 0 °C à 40 °C dans la journée. Dans les régions polaires australes perdurait un inlandsis présent depuis le Carbonifère, mais le reste de la Pangée connaissait des conditions climatiques arides avec des températures élevées et de faibles précipitations.

     

     

    Faune et flore

    La faune a connu quelques évolutions intéressantes à cette période : on y note notamment l'apparition de la bipédie temporaire avec Aphelosaurus dès le Permien inférieur et la bipédie très probablement permanente avec Eudibamus à la même époque. Des animaux vertébrés volants font leur apparition avec Coelurosauravus au Permien supérieur (vol planant et non battu). Certains pélycosaures développèrent des « voiles » servant d'échangeurs thermiques pour réguler leur température comme Dimétrodon ou Edaphosaurus.

    Les formes de vie dominantes sont diverses : plantes, de grands Amphibiens et de grands reptiles incluant les ancêtres des dinosaures. La vie marine est riche en Mollusques, Échinodermes et Brachiopodes. Les derniers Trilobites ont disparu avant la fin du Permien. Les conditions sèches ont favorisé les Gymnospermes, des plantes dont les graines sont encapsulées dans une protection, d'autres plantes comme les fougères qui dispersent des spores. Les premiers arbres modernes (conifères) sont apparus durant le Permien.

    Les coquilles fossilisées de deux invertébrés sont souvent utilisées pour identifier les strates géologiques du Permien : les fusulinidés, foraminifères benthiques qui disparaissent quasi totalement à la limite entre le Permien moyen et supérieur, et les Ammonites dont l'équivalent moderne est le nautilus. On utilise aussi souvent les mâchoires de conodontes, un presque vertébré marin disparu à la fin du Trias.

     

     

    Alain Bénéteau - "Le ciel ve de la Terre au Permien"
    Au sol Araeoscelis est surpris par le vol plané de Coelurosauravus.
     
     
     

    L'extinction

    Le système Permien se termine par la plus massive des extinctions d'espèces enregistrée par les paléontologues couramment nommée « crise Permien-Trias » vers -251,4 millions d'années. Disparaissent, selon les estimations scientifiques, 75 % des espèces de la terre ferme et 96 % des espèces marines. Parmi les espèces animales et végétales qui disparaissent citons les trilobites, les graptolites, certaines fougères, certains coraux ou encore de nombreuses espèces de tétrapodes : amphibiens et pélycosaures.

    Les causes de cette extinction font encore débat. Les plus souvent citées sont une asphyxie des océans (ou anoxie), un volcanisme majeur en Sibérie, une baisse importante du niveau de la mer (ou régression) ou une combinaison de plusieurs causes. Les indices d'un impact météoritique datant de cette époque ont récemment été découverts en Antarctique (2006), dans la Terre de Wilkes, provoqué par une météorite de 48 km de diamètre. La plupart des indicateurs paléontologiques et géochimiques indiquent cependant que, si impact il y a eu, l'extinction massive était très probablement inévitable puisque l'environnement était passablement détérioré. Il existe d'autres endroits probables d'un impact météorique comme le cratère de Bedout laissé au large des côtes australiennes. Cependant certains géologues avancent qu'il s'agit d'une empreinte laissée par un phénomène volcanique. Quoi qu'il en soit, les débats quant à cette immense catastrophe restent ouverts.

     

     

    source: wikipédia


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires