• Si les Helix ramondi sont des fossiles de gastéropodes assez fréquents dans l’Oligocène de Limagne (Puy-de-Dôme), les formes épigénisées comme celles décrites par les naturalistes Lecoq et Lacroix sont extrêmement rares. Dans des conditions encore mal connues les fossiles on servit de réceptacle à la cristallisation de la Lussatite une variété rare d’opale-CT quasiment endémique au Massif-Central. A la rareté de l’épigénisation des fossiles se combine donc la rareté de la Lussatite faisant de ces Helix des pièces d’exception. On a parfois parlé, à leur propos, de Graal de la géologie française tant ils soulèvent l’intérêt et l’admiration des passionnés de paléontologie et de minéralogie. Certaines pièces portent sur elles des traces de bitume naturel dont la noirceur contraste à merveille avec le bleu de la Lussatite. Ce bitume est caractéristique du calcaire bitumeux de la mythique Mine des Rois de Dallet où furent trouvés ces spécimens.

     

     
     
     
     
     

    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires