• Empreintes de Ptérosaures de Crayssac - Jurassique

    crayssac

     

    Le site de Crayssac, dans le Lot (46), est exceptionnel par la quantité et la qualité des ichnofossiles préservés. Autrement dit, par les empreintes fossiles qu’il recèle. Il y a 140 millions d’années, soit au Jurassique (Tithonien inférieur) ce site aujourd’hui au cœur de la France se trouvait alors en bord de mer (Golfe Charentais), à l’extrémité d’une vaste ile (Terre Armorico-Centrale). Dans ce petit golfe, les eaux étaient chaudes, calmes et peu profondes. Un substrat très fin et un contexte très calme expliquent la formation de ce gisement exceptionnel. Cette plage, soumise à un faible effet de  la marée, offrait un habitat exceptionnel pour une faune riche qui venait se repaitre des organismes échoués (des ammonites, des crustacés, des poissons…). On a trouvé à Crayssac des empreintes de tortues, de crocodiles et de dinosaures : théropodes comme sauropodes. Mais ceux qui donnent aujourd’hui leur nom à cette plage fossile sont les ptérosaures ! Car le site est très riche en empreintes de ces reptiles volants et a permis d’en apprendre plus sur eux. Grâce aux empreintes en effet on a pu déterminer la façon dont ils atterrissaient en ralentissant leur allure pendant la phase d’approche, la façon dont ils marchaient à quatre pattes, et on a pu vérifier que certains avaient les pattes palmées et pouvaient nager sur l’eau.

     

     

    La première plaque ici présentée comporte deux contre-empreintes de pattes postérieures (pieds) de ptérosaure, vraisemblablement un Pteraichnus, peut-être Pteraichnus palaciei-saenzi. On remarque très distinctement la première au centre de la photo, avec ses quatre doigts pointant vers le haut, et un cinquième doigt partant du bas de l’empreinte vers la droite. La seconde empreinte est plus abimée, mais tout de même bien visible dans le coin inférieur droit de la plaque. On remarque que les deux empreintes sont parallèles et sur une même ligne, ce qui ne correspondant à la piste d’un ptérosaure en marche (voir le schéma plus bas). Ces empreintes sous-entendent que l’animal était à l’arrêt. Toutefois, la plaque est trop petite et l’on ne distingue pas l’emplacement des mains de l’animal. Il est donc difficile de déterminer s’il faisait une pause dans sa marche, ou si l’on se trouve en présence de la seconde phase d’un atterrissage (voir schéma).

     

     

     

    Nous disposons également de trois spécimens d’empreintes de pattes antérieures (mains) de ptérosaures provenant du même site (voir ci-dessous). On remarque que l’animal pose sur le sol trois de ses doigts. Le quatrième, qui est beaucoup plus long et sur lequel est fixée l’aile du ptérosaure, est quant à lui replié en arrière pour permettre à l’animal de se déplacer à quatre pattes.

     

    Pour approfondir :

    -          Extrait du documentaire de Pierre Saunier « La plage aux ptérosaures »

    -          Un documentaire sur les Ptérosaures évoquant la plage de Crayssac

    -          Un site dédié à la plage aux Ptérosaures


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :