• Permien

     

    Le Permien du Maroc - par Alain Bénéteau

     

    Le Permien est un système géologique qui s'étend de 299,0 ± 0,8 à 251,0 ± 0,4 millions d'années. Il s'agit de la dernière période du Paléozoïque. Le Permien est précédé par le Carbonifère et lui-même précède le Mésozoïque et son premier système, le Trias. Le Permien a été nommé d'après la ville de Perm en Russie où se situe l'un des rares gisements de ce système. La fin du Permien est marquée par la plus grande des cinq extinctions de masse survenues sur la Terre. Il s'agit de la troisième qui a vu, selon les estimations des scientifiques, disparaître 75 % des espèces de la terre ferme et 96 % des espèces marines.

     

    Paléogéographie et climat

    La Terre au Permien.

     

     

    Le niveau moyen de la mer est resté assez bas durant le Permien. Toutes les masses de terre, à l'exception d'une portion de l'Asie du Sud-Est, se sont agglomérées en un seul supercontinent appelé Pangée, qui s'étendait de l'équateur aux pôles, entouré par un océan nommé Panthalassa (la « mer universelle »). Se développa également l'océan Téthys, un paléo-océan qui s'est ouvert progressivement à partir du Permien supérieur d'est en ouest à travers la Pangée.

    Ce grand continent créa des conditions climatiques impliquant de grandes variations de température au gré des saisons et de la journée. En son centre la température pouvait passer de 0 °C à 40 °C dans la journée. Dans les régions polaires australes perdurait un inlandsis présent depuis le Carbonifère, mais le reste de la Pangée connaissait des conditions climatiques arides avec des températures élevées et de faibles précipitations.

     

     

    Faune et flore

    La faune a connu quelques évolutions intéressantes à cette période : on y note notamment l'apparition de la bipédie temporaire avec Aphelosaurus dès le Permien inférieur et la bipédie très probablement permanente avec Eudibamus à la même époque. Des animaux vertébrés volants font leur apparition avec Coelurosauravus au Permien supérieur (vol planant et non battu). Certains pélycosaures développèrent des « voiles » servant d'échangeurs thermiques pour réguler leur température comme Dimétrodon ou Edaphosaurus.

    Les formes de vie dominantes sont diverses : plantes, de grands Amphibiens et de grands reptiles incluant les ancêtres des dinosaures. La vie marine est riche en Mollusques, Échinodermes et Brachiopodes. Les derniers Trilobites ont disparu avant la fin du Permien. Les conditions sèches ont favorisé les Gymnospermes, des plantes dont les graines sont encapsulées dans une protection, d'autres plantes comme les fougères qui dispersent des spores. Les premiers arbres modernes (conifères) sont apparus durant le Permien.

    Les coquilles fossilisées de deux invertébrés sont souvent utilisées pour identifier les strates géologiques du Permien : les fusulinidés, foraminifères benthiques qui disparaissent quasi totalement à la limite entre le Permien moyen et supérieur, et les Ammonites dont l'équivalent moderne est le nautilus. On utilise aussi souvent les mâchoires de conodontes, un presque vertébré marin disparu à la fin du Trias.

     

     

    Alain Bénéteau - "Le ciel ve de la Terre au Permien"
    Au sol Araeoscelis est surpris par le vol plané de Coelurosauravus.
     
     
     

    L'extinction

    Le système Permien se termine par la plus massive des extinctions d'espèces enregistrée par les paléontologues couramment nommée « crise Permien-Trias » vers -251,4 millions d'années. Disparaissent, selon les estimations scientifiques, 75 % des espèces de la terre ferme et 96 % des espèces marines. Parmi les espèces animales et végétales qui disparaissent citons les trilobites, les graptolites, certaines fougères, certains coraux ou encore de nombreuses espèces de tétrapodes : amphibiens et pélycosaures.

    Les causes de cette extinction font encore débat. Les plus souvent citées sont une asphyxie des océans (ou anoxie), un volcanisme majeur en Sibérie, une baisse importante du niveau de la mer (ou régression) ou une combinaison de plusieurs causes. Les indices d'un impact météoritique datant de cette époque ont récemment été découverts en Antarctique (2006), dans la Terre de Wilkes, provoqué par une météorite de 48 km de diamètre. La plupart des indicateurs paléontologiques et géochimiques indiquent cependant que, si impact il y a eu, l'extinction massive était très probablement inévitable puisque l'environnement était passablement détérioré. Il existe d'autres endroits probables d'un impact météorique comme le cratère de Bedout laissé au large des côtes australiennes. Cependant certains géologues avancent qu'il s'agit d'une empreinte laissée par un phénomène volcanique. Quoi qu'il en soit, les débats quant à cette immense catastrophe restent ouverts.

     

     

    source: wikipédia


  • Commentaires

    1
    kyle wong
    Jeudi 12 Mai 2011 à 14:46
    copyright ;)
    2
    JAY DOG
    Jeudi 12 Mai 2011 à 14:46
    WTF!!! COPYRIGHT YO!!!
    3
    mike duong
    Jeudi 12 Mai 2011 à 14:48
    jaime les dinosaures ... mais ta copyright
    4
    Baroudeur63 Profil de Baroudeur63
    Jeudi 19 Mai 2011 à 19:48
    Merci.
    Pardonnez d'éventuels non respect du droit d'auteur de certaines images, dans la mesure du possible je précise la source et le dessinateur.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :