• Helix arvernensis & Helix ramondi

    Helix ramondi est très connu localement en Auvergne du fait de sa relative abondance, et nationalement pour ses spécimens épigénisés en Lussatite. Toutefois, on tend trop souvent à réunir sous le terme générique d’Helix ramondi deux espèces différentes : Helix ramondi (rebaptisé Cascolus ramondi puis Plebecula ramondi) et Helix arvernensis (renommé Cepaea moroguesi). Le tertiaire auvergnat est généralement à cheval entre l’Oligocène (Chattien) où l’on rencontre ramondi cohabitant avec arvernensis et le Miocène (Aquitanien) où ce dernier tend à le remplacer. Viret (1929) signalait dans les environs de Créchy, parmi les gastéropodes terrestres, le remplacement de Plebecula ramondi par Cepaea moroguesi et considérait cette superposition comme un changement faunique important.

    Cette fiche comparative devrait permettre de les distinguer plus aisément.
    Il existe au moins un autre spécimen dans ces niveaux, Helix beyrichi. Nous sommes preneurs de toute info à son sujet.

    Les deux sont des escargots vivant en milieu humide, sur les berges des grands lacs aujourd’hui disparus. Les coquilles tombées dans l’eau et recouvertes par la vase ont été relativement bien conservées.


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :